Bon usage des médicaments vétérinaires

Les vétérinaires jouent un rôle important en matière de santé publique : seul un bon usage des médicaments vétérinaires permet d’atteindre l’efficacité souhaitée sans conséquence néfaste pour l’Homme et l’animal.

Zwei Hände ziehen eine Medikamenteninjektionsspritze auf – im Hintergrund Rinder

Le choix du traitement présentant les meilleures perspectives de guérison relève de la responsabilité commune du vétérinaire et du détenteur d’animaux malades. Le bon usage des médicaments vétérinaires (MédV) constitue un critère central :

Il commence par l’acquisition des connaissances techniques requises et s’étend notamment aux conditions de stockage convenables jusqu’à la prescription et l’utilisation des MédV. La tenue du registre en est encore un autre élément. Le bon usage des MédV est défini dans l’ordonnance sur les médicaments vétérinaires (OMédV). Certains des principes qui y sont consignés sont reportés ci-dessous.

Principes de l’ordonnance sur les médicaments vétérinaires  

Bon usage des médicaments vétérinaires  

Les MédV doivent être prescrits ou remis uniquement selon les règles de la médecine vétérinaire et de la pharmacologie. C’est la seule façon d’obtenir une probabilité élevée que le médicament produise l’effet souhaité sur l’animal. Il convient d’utiliser les antibiotiques avec une prudence toute particulière afin d’éviter le développement et la propagation de résistances.

Protection contre les résidus de denrées alimentaires  

Les prescriptions de l’OMédV doivent veiller à ce que les denrées alimentaires d’origine animale sur le marché soient dépourvues de résidus de médicaments. Si les concentrations maximales fixées au niveau légal pour des denrées alimentaires sont dépassées, ces denrées sont réputées souillées ou diminuées dans leur valeur intrinsèque, voire impropres à la consommation humaine.

Protection de la santé animale  

L’OMédV protège également les animaux dans la mesure où un animal ne doit pas souffrir inutilement. Seuls les MédV autorisés par l’Institut suisse des produits thérapeutiques (swissmedic) pour l’espèce animale et l’indication concernées peuvent être utilisés. Si aucun médicament de ce type n’est disponible, il est aussi possible d’en utiliser un autre, dans des conditions bien précses. L’OMédV contribue ainsi à garantir un approvisionnement suffisamment varié en MédV.

Contrôle de l’application  

L’OSAV est chargé de fixer la législation et d’appliquer l’OMédV. Les services vétérinaires cantonaux sont chargés de contrôler l’application correcte de la législation par les détenteurs d’animaux et les vétérinaires.

Contrôles du commerce de détail dans les pharmacies vétérinaires privées  

Outre l’autorisation de pratiquer, resp. l’autorisation d’exercer (AE), il faut également obtenir l’autorisation de tenir une pharmacie privée auprès du canton compétent pour exploiter un cabinet avec propharmacie (autorisation cantonale de commerce de détail). Cette autorisation va de pair avec une inspection de la pharmacie privée.

Les contrôles du commerce de détail effectués dans les pharmacies vétérinaires privées visent à contrôler si les prescriptions relatives à l’usage correct des médicaments (stockage, remise, tenue du registre, etc.) sont respectées.

  • Pour les cabinets vétérinaires qui ne remettent que des médicaments pour animaux de compagnie, l’ordonnance sur les médicaments vétérinaires prévoit une fréquence de contrôle de 10 ans. 
  • Les cabinets qui remettent également des médicaments pour les animaux de rente sont contrôlés tous les 5 ans. 
  • Des contrôles du commerce de détail sont également effectués dans d’autres commerces qui remettent ou vendent des MédV (commerces zoologiques et apicoles).

Les contenus de ces contrôles sont présentés dans le manuel de contrôle (voir « Informations complémentaires » – « Détails »).

 

Prescription, remise et utilisation des MédV

Prescription, remise et utilisation

Les médicaments vétérinaires sont prescrits, remis et utilisés en premier lieu par les vétérinaires. Mais ils sont aussi utilisés par les détenteurs d’animaux. Il est crucial que tous les acteurs impliqués fassent bon usage des médicaments, avec responsabilité.

Enregistrement et tenue du registre

Obligation d’enregistrement et de tenue du registre

Il est indispensable d’utiliser les médicaments avec diligence. Les détenteurs d’animaux et les vétérinaires sont donc dans l’obligation de tenir un registre d’achat, de stockage, de remise et d’utilisation des médicaments vétérinaires.

Formation dans le domaine des MédV

Formations pour spécialistes dans le domaine des médicaments vétérinaires

Les connaissances techniques relatives aux médicaments vétérinaires sont un critère décisif pour un traitement réussi. C’est pourquoi certains médicaments peuvent être prescrits, remis ou utilisés uniquement par des personnes dûment qualifiées.

Résidus de médicaments dans les produits d’origine animale

Résidus

L’administration de médicaments aux animaux de rente présente le risque de retrouver des résidus de ces substances dans les denrées alimentaires. En respectant les délais d’attente prescrits, on réduit au maximum le risque de dépasser la concentration maximum fixée.

Informations complémentaires

Dernière modification 02.10.2018

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierarzneimittel/fachgerechter-umgang-mit-tierarzneimitteln.html