Fièvre aphteuse (FA)

À l'échelle mondiale, la fièvre aphteuse est l'une des plus graves maladies virales des animaux de rente utilisés dans l'agriculture. En très peu de temps, elle peut se propager à tous les animaux à onglons d'une exploitation et occasionner des pertes économiques très importantes.  

Situation internationale actuelle

gelb

 

 

Fièvre aphteuse (FA) : Aucun nouveau cas dans les régions touchées.

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Tous les artiodactyles sont sensibles à la fièvre aphteuse, mais la maladie n'est pas dangereuse pour l'homme.

Les symptômes varient fortement d'une espèce à l'autre. Hautement contagieuse, la maladie touche le plus souvent tous les animaux du troupeau. Si les jeunes animaux peuvent en mourir, il n'y a dans l'ensemble que peu d'animaux atteints qui meurent.

Symptômes chez les bovins : aphtes sur le mufle, la muqueuse buccale et la langue, aux onglons et sur les trayons. En raison des altérations douloureuses aux onglons, les animaux boitent, trottinent et restent plus souvent couchés. On observe une salivation accrue, des difficultés à mâcher et des bruits de mastication. En outre, les animaux ont de la fièvre, produisent moins de lait, manquent d'appétit et sont indifférents à ce qui les entoure.

Chez les porcs, les symptômes sont moins marqués que chez les bovins. Cependant les onglons étant souvent plus fortement atteints, les boiteries sont beaucoup plus accentuées et les porcs restent plus souvent couchés. Des cas de morts subites peuvent frapper les porcelets.

Chez les moutons et les chèvres, l'évolution de la maladie est souvent bénigne et la formation de vésicules moins marquée.

S’ils constatent une symptomatologie analogue à celle de la fièvre aphteuse, mais sans les combinaisons de symptômes indiquées ci-dessus, les vétérinaires peuvent, en concertation avec l'IVI, prélever des échantillons en vue d’un examen dit « d’exclusion » (un examen permettant d’exclure une infection par le virus de la fièvre aphteuse). Dans ce cas, aucune des mesures de police des épizooties prévues par l’art. 84 de l’ordonnance sur les épizooties ne s’impose.

Contamination et propagation

L'agent pathogène, un virus du genre Apthovirus reste infectieux durant des mois dans le lait cru et les produits laitiers insuffisamment chauffés ainsi que dans la viande congelée ou les salaisons. Dans la saleté des étables, le fumier et le purin, il reste infectieux jusqu'à deux semaines en été, et jusqu'à trois mois en hiver.

La maladie se propage par contact direct entre les animaux. Toutes les excrétions des animaux contaminés contiennent l'agent infectieux, lequel peut en outre survivre longtemps dans les gouttelettes très fines de l'air et être également disséminé sur de longues distances par le vent. Les animaux infectés qui ne présentent pas de symptômes, comme souvent les moutons et les chèvres, transmettent également la maladie.

Par ailleurs, l'agent infectieux peut être transmis indirectement, c'est-à-dire par le biais d'équipements, ou par l'affouragement de déchets de viande et de produits laitiers contaminés.

La maladie est répandue en Asie, en Afrique, au Proche-Orient, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. En 2007, un foyer s'est déclaré dans le sud de l'Angleterre. En 2015, des foyers se sont multipliés en Turquie et en Afrique du Nord. En Suisse, le dernier cas remonte à 1980. La Suisse est aujourd'hui officiellement reconnue indemne de fièvre aphteuse.

Que faire ?

  • Ne pas introduire la maladie dans le troupeau par l'achat d'animaux ou de semence.
  • Ne pas rapporter illégalement des produits à base de viande de porc provenant de pays où sévit la fièvre aphteuse.
  • Ne pas enfreindre l'interdiction d'affourager des restes d’aliments à des porcs.
     

Des vaccins existent, mais il est interdit de les utiliser à titre préventif en Suisse. Néanmoins, une réserve de vaccins d’urgence est maintenue pour combattre un foyer le cas échéant.

La fièvre aphteuse est une épizootie hautement contagieuse. La déclaration est obligatoire pour toutes les personnes qui détiennent, prennent en charge ou traitent des animaux. Les cas de suspicion doivent être annoncés au vétérinaire d'exploitation. Une information importante destinée aux détenteurs d'animaux pour les cas de risque élevé d'épizootie et/ou une information pour les cas d'épizootie sont rangées sous „« Informations complémentaires » (« En cas d'épizootie »). L'autorité vétérinaire d'exécution trouve la documentation pour les cas d'urgence sur l'Extranet.

Informations complémentaires

Dernière modification 07.11.2019

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierseuchen/uebersicht-seuchen/alle-tierseuchen/maul-und-klauenseuche-mks.html