Stévia

Les feuilles de la plante stévia originaire d'Amérique du Sud ont un goût sucré. Les glycosides de stéviol extraits des feuilles de la plante sont autorisés comme additif (E 960).

Feuilles et édulcorant de stévia

La stévia est utilisée depuis des siècles en Amérique du Sud pour sucrer les aliments. Les glycosides de stéviol, par contre, sont obtenus à partir des feuilles au cours d’un processus industriel, puis utilisés comme édulcorants. Les glycosides de stévia ont un pouvoir sucrant largement supérieur à celui du sucre, mais, contrairement à ce dernier, ne contiennent quasiment pas de calories.

Risques et analyse

La plante stévia

Pour éviter que les aliments ne mettent en danger la santé humaine, toute nouvelle denrée alimentaire ou tout nouvel additif doit être soumis à une appréciation toxicologique. Les produits végétaux ne font pas exception.

Selon certaines indications, des substances contenues dans la plante stévia peuvent, à fortes doses, mettre la santé des consommateurs en danger. En outre, la stévia fait partie des plantes composées, connues pour leur caractère hautement allergène. L'utilisation de feuilles entières pourrait donc provoquer des allergies.

Glycosides de stéviol

Un processus industriel permet d'extraire les glycosides de stéviol de la stévia puis de les purifier. La plante est ainsi libérée des substances susceptibles de présenter un risque toxicologique.

En 2008, le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) a évalué la toxicité des glycosides de stéviol et fixé à 4 mg par kg de poids corporel la dose journalière admissible (DJA), à savoir la limite à ne pas dépasser.

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (groupe ANS de l'EFSA) a confirmé en 2010 une évaluation effectuée en 2008 par le JECFA. Seuls les glycosides de stéviol qui satisfont aux spécifications techniques ne sont pas dangereux pour la santé.

L'EFSA a réévalué trois fois, en 2011, 2014 et 2015, la valeur maximale des glycosides de stéviol utilisés comme additifs dans les denrées alimentaires et a confirmé l'innocuité des stéviols si les valeurs autorisées ne sont pas dépassées.

Situation juridique en Suisse

La stévia et les glycosides de stéviol ne sont pas soumis aux mêmes règles d'autorisation

La plante stévia

La plante stévia est considérée comme une nouvelle sorte de denrée alimentaire. À ce titre, son utilisation requiert une autorisation de l’OSAV. Ce classement comme nouvelle sorte de denrée alimentaire repose sur le catalogue européen des nouveaux aliments (voir « Informations complémentaires »). 

Les feuilles de Stevia rebaudiana Bertoni, qu’on met dans les tisanes aux fruits ou les infusions, peuvent être vendues comme denrée alimentaire depuis juin 2017. Elles ne sont par conséquent plus considérées comme de nouveaux aliments et ne sont plus soumises à autorisation.

Toutes les autres utilisations de la plante et de ses feuilles nécessitent une autorisation pour les nouvelles sortes de denrées alimentaires (informations complémentaires).

Glycosides de stéviol

Depuis la révision de 2014 de l'ordonnance sur les additifs, les glycosides de stéviol (E 960) sont admis comme additifs. Il s'ensuit que les produits contenant un édulcorant à base de glycosides de stéviol peuvent être mis sur le marché suisse sans autorisation. 

Informations complémentaires

Dernière modification 23.05.2019

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/lebensmittel-und-ernaehrung/lebensmittelsicherheit/stoffe-im-fokus/inhalts-und-zusatzstoffe/stevia.html