Piétin

Le piétin est une maladie bactérienne touchant les ruminants, qui entraîne une inflammation purulente des onglons. Cette pathologie est également appelée fourchet. Elle est encore très répandue aujourd'hui, notamment chez les moutons.

Outre les moutons, les chèvres et les bouquetins peuvent également être touchés par le piétin. Les bovins et les autres ruminants semblent y être moins sensibles, mais peuvent constituer un vecteur de propagation de l’agent infectieux.

La maladie s’accompagne toujours de fortes douleurs et constitue donc un problème grave pour la protection des animaux. Les animaux boitent et broutent en se tenant typiquement sur les genoux avant ou en position allongée. Il en résulte fréquemment un amaigrissement, une diminution de la production laitière et de l’allaitement des brebis et une prise de poids plus faible des agneaux, avec pour conséquences un manque à gagner économique dû à une baisse des revenus et à des dépenses de traitement.

Contamination et propagation

Le piétin est une maladie multifactorielle : différents aspects influent sur son apparition et sa manifestation dans un troupeau. La gravité de la maladie dépend de la souche bactérienne infectieuse, de facteurs favorisants tels que la gestion de l’exploitation (par ex. forte densité d’occupation) et des conditions environnementales et climatiques. La bactérie responsable, Dichelobacter nodosus, survit en général deux semaines au maximum dans l’environnement. La qualité du sol semble également jouer un rôle : le piétin est moins fréquent sur les sols calcaires que sur les sols humides ou mouillés.

Des lésions dans l’espace interdigité et un parage insuffisant des onglons peuvent favoriser la maladie. Il est également possible que l’agent pathogène puisse se transmettre du fait d’outils de parage mal nettoyés, de boviducs communs ou de véhicules de transports non entretenus. On suppose dans certains cas une transmission entre les moutons, les chèvres et d’autres animaux à onglons. La contamination et la propagation surviennent en particulier durant l’estivage dans des alpages communautaires.

La bactérie Dichelobacter nodosus est présente partout dans le monde. D’après les estimations, 40 % des élevages de moutons en Suisse comptent des animaux présentant des symptômes typiques du piétin.

Lutte contre la maladie et traitement

Le traitement administré d’animaux isolés n’est pas judicieux. Il est impératif de traiter l’ensemble du troupeau. Le traitement consiste en règle générale à tailler les onglons, à les traiter à l’aide d’un spray vulnéraire et de bains des onglons ou à vacciner les animaux, même si l’effet de la vaccination ne dure que quelques semaines.

En Suisse, c’est souvent le programme d’assainissement soutenu par le Service consultatif et sanitaire pour petits ruminants (SSPR) qui est appliqué. Ce programme prévoit de séparer les animaux sains des animaux malades (séparation du troupeau). En outre, les onglons sont contrôlés régulièrement et taillés proprement. Les animaux sont par ailleurs soumis à des bains d’onglons pendant plusieurs semaines, jusqu’à la guérison complète (voir également « Informations complémentaires »).

Projet de préparation du programme national de lutte contre la maladie

Le piétin du mouton fait l’objet de mesures de lutte systématiques dans le canton des Grisons depuis le début des années 90, des mesures qui ont également été prises plus tard dans le canton de Glaris ainsi que dans la Principauté du Liechtenstein. On observe cependant régulièrement de nouvelles contaminations dans des troupeaux déjà assainis. On soupçonne notamment ces cas d’être dus à l’estivage commun avec des moutons d’autres cantons. En acceptant la motion parlementaire du conseiller national Hansjörg Hassler en juin 2015, le Parlement a chargé le Conseil fédéral de poser les conditions requises pour une lutte coordonnée contre le piétin à l’échelle de la Suisse (motion 14.3503 du CN Hassler  – Lutte à l’échelle nationale contre le piétin des moutons).

Un tel programme de lutte à l’échelle nationale est désormais développé dans le cadre d’un projet mené par l’OSAV en collaboration avec les principaux acteurs de la détention de moutons en Suisse. Le lancement du projet est intervenu à l’été 2015.
 

Informations complémentaires

Dernière modification 12.03.2018

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierseuchen/uebersicht-seuchen/alle-tierseuchen/moderhinke.html