Néosporose

Les chiens et d’autres carnivores sont les hôtes finaux de l’agent infectieux de la néosporose. D’autres espèces animales, mais pas l’homme, peuvent être des hôtes intermédiaires. L’infection peut provoquer des avortements et des lésions embryonnaires chez les bovins.

Au cours de son développement, le parasite unicellulaire qui cause la maladie – Neospora caninum – touche différentes espèces animales qui lui servent d’hôtes. Les hôtes finaux sont principalement les chiens, mais également d’autres carnivores tels que le coyote. La maladie n’a jamais été mise en évidence chez les renards. Outre les chiens, les bovins, plus rarement d’autres ruminants, les chevaux et d’autres espèces animales peuvent aussi devenir des hôtes intermédiaires. Ce n’est pas le cas de l’homme. La maladie n’est par ailleurs pas dangereuse pour lui.

On observe la néosporose surtout chez les jeunes chiens ou les vaches portantes.

Chez les chiens, les symptômes typiques sont une paralysie progressive des membres postérieurs, des troubles de la coordination, des tremblements, de la fièvre, une respiration difficile et de la diarrhée. Mais chez de nombreux animaux, la maladie reste asymptomatique.

Chez les bovins, l’agent infectieux provoque souvent des avortements et des pertes de veaux. Il peut également engendrer des séquelles après la naissance chez les veaux (troubles de la coordination, paralysie).

Contamination et propagation

Chez les deux hôtes principaux, les bovins et les chiens, la maladie se transmet le plus souvent de la mère portante à ses descendants, dans l’utérus.
Les nouvelles infections se produisent via l’absorption de viande ou d’excréments contenant l’agent infectieux. Elles sont toutefois rares.

L’agent infectieux est présent dans le monde entier. Pour connaître la situation épizootique en Suisse, voir la Banque de données sur les cas d’épizooties en Suisse.

L’agent infectieux est l’unicellulaire Neospora caninum.

Que faire ?

  • Ne pas déposer les arrière-faix à l’extérieur et ne surtout pas les donner à manger aux chiens.
  • Ramasser les crottes de chiens dans les pâturages.

Il n’existe pas de vaccin qui puisse empêcher la transmission dans l’utérus et les avortements qui en découlent.

La néosporose est une épizootie à surveiller et est à ce titre soumise à déclaration obligatoire. Les vétérinaires et les laboratoires doivent annoncer les cas d’épizootie et les symptômes suspects au vétérinaire cantonal.

Informations complémentaires

Dernière modification 06.07.2017

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierseuchen/uebersicht-seuchen/alle-tierseuchen/neosporose.html