Arthrite encéphalite caprine (CAE)

La CAE est une maladie virale de la chèvre qui, suivant l’âge de l’animal, se développe après une longue période d’incubation sous forme d’encéphalite, d’arthrite et/ou de mammite. La maladie n’est pas dangereuse pour l’homme.

Chèvres

Actuel

L’histoire de l’éradication de la CAE

Ce qui a commencé avec des mesures d’assainissement dans des exploitations isolées au niveau régional est aujourd’hui un succès à l’échelle nationale : après plus de trente ans d’efforts pour enrayer le virus de l’arthrite encéphalite caprine, cette maladie des chèvres est officiellement considérée comme éradiquée en Suisse.

L’histoire de cette lutte est un magnifique exemple de la manière de se débarrasser définitivement d’une épizootie.

Voici le rapport à ce sujet :

(25.04.2019) 

L’arthrite encéphalite caprine (CAE) touche les chèvres. Les moutons peuvent également être infectés par le virus du Visna-Maedi, apparenté au virus de la CAE.

Les signes de la CAE sont très divers :

  • Arthrite (inflammation des articulations) : les chèvres ont de « gros genoux » et maigrissent malgré un bon appétit. 
  • Mammite (inflammation de la mamelle) : les chèvres présentent une forte induration de la mamelle, accompagnée d’une diminution de la production laitière, mais sans que la qualité du lait ne soit affectée. 
  • Encéphalite (inflammation du cerveau) : cette forme est rare en Suisse et apparaît surtout chez les cabris. Ils présentent alors une faiblesse, des problèmes de coordination, une paralysie des membres postérieurs allant jusqu’à une impossibilité de se lever.

Contamination et propagation  

L’agent infectieux est le virus de l’arthrite encéphalite caprine, qui fait partie du genre Lentivirus. L’agent infectieux est apparenté à celui qui provoque le Visna-Maedi chez les moutons. Les deux virus sont regroupés aujourd’hui sous le terme SRLV (Small Ruminant Lentiviruses, lentivirus des petits ruminants).

La principale voie de transmission est la contamination des cabris nouveau-nés par du colostrum ou du lait contenant l’agent infectieux. Dans les élevages mixtes de chèvres et de moutons, une contamination est également possible lorsque les agneaux sont mis au pis de chèvres infectées ou lorsqu’on donne aux agneaux du lait de chèvre contenant l’agent infectieux. La transmission par contact animal direct est également possible, mais rare.

L’agent infectieux est présent dans le monde entier. En Suisse, un programme de lutte contre la maladie a permis de juguler largement la maladie au cours des 20 dernières années. Environ un pour cent des chèvres en Suisse présentent aujourd’hui des signes indiquant qu’elles ont surmonté la maladie (dépistage d’anticorps). La banque de données sur la situation épizootique en Suisse donne une vue d’ensemble de la situation de la maladie dans le pays.

Que faire ?  

  • Dans la mesure du possible, il convient de détenir les chèvres et les moutons séparément.

Il n’existe aucun vaccin contre cette maladie.

L’arthrite encéphalite caprine est une épizootie à combattre ; elle est donc soumise à déclaration obligatoire. Toute personne qui détient des animaux ou qui s’en occupe est tenue d’annoncer les cas suspects au vétérinaire de l’exploitation.

Informations complémentaires

Dernière modification 25.04.2019

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierseuchen/uebersicht-seuchen/alle-tierseuchen/cae.html