Conventions internationales

Les conventions internationales définissent et contrôlent les conditions cadres requises pour assurer des échanges commerciaux internationaux sûrs pour l’homme et l’animal. L’OSAV contribue aux modifications techniques et à l’amélioration des conventions existantes. 

L’OSAV participe à l’élaboration d’un certain nombre de conventions internationales, afin de garantir la sécurité du commerce international. Ci-dessous sont présentées les principales conventions suisses dans les domaines vétérinaire, alimentaire et de la conservation des espèces.

Conventions dans les domaines vétérinaire et alimentaire

Accord vétérinaire entre la Suisse et l’UE

L’accord vétérinaire régit la lutte contre les épizooties, le commerce d’animaux et de produits animaux, ainsi que l’importation de ces animaux et de leurs produits en provenance de pays tiers. Il sert de base à l’espace vétérinaire commun, qui simplifie le commerce avec l’UE.
Accord vétérinaire entre la Suisse et l’UE.

Accord entre la Suisse et la Norvège

Par cet accord, la Suisse et la Norvège reconnaissent l’équivalence de leurs législations vétérinaires pour le commerce d’animaux et de produits d’origine animale (Accord vétérinaire entre la Suisse et la Norvège). Le champ d’application de cet accord correspond à celui de l’annexe 11 de l’Accord bilatéral sur l’agriculture entre la Suisse et l’UE (voir « Accord vétérinaire entre la Suisse et l’UE »). L’espace vétérinaire européen comprend donc officiellement l’UE, la Norvège et la Suisse (avec le Liechtenstein).

Accord entre la Suisse et la Nouvelle-Zélande

Par cet accord, la Suisse et la Nouvelle-Zélande reconnaissent l’équivalence de leurs législations vétérinaires pour le commerce d’animaux et de produits d’origine animale (Accord vétérinaire entre la Suisse et la Nouvelle-Zélande). Il s’applique aux espèces suivantes : bovins, porcs, équidés, volailles et œufs à couver, produits de l’aquaculture, ovins, caprins et animaux figurant dans la directive européenne 92/65/CEE. En vertu de cet accord, les législations des deux pays sont en principe considérées comme équivalentes. Le commerce entre la Suisse et la Nouvelle-Zélande est régi par les mêmes conditions cadres que le commerce entre l’UE et la Nouvelle-Zélande, dans la mesure où il s’effectue dans le cadre du champ d’application de l’accord.

Accord SPS

L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS, Sanitary and Phytosanitary Measures) réglemente les mesures de protection de la santé de l’être humain, des animaux et des plantes ayant une incidence directe ou indirecte sur le commerce international.
Il s’agit d’un accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Collaboration avec l’institut fédéral allemand d’évaluation des risques

Le 19 juillet 2016, l’OSAV et l’institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) ont signé une déclaration d’intention sur la collaboration dans le domaine de la sécurité des aliments. L’objectif est d’utiliser les synergies, de sorte à renforcer cette problématique sur la base d’avis scientifiques et de protéger la santé et la sécurité des consommateurs dans les deux pays. Cette collaboration amènera l’OSAV et le BfR à échanger des connaissances et des évaluations scientifiques. Ils devraient également organiser des manifestations ensemble et promouvoir des projets de recherche communs. Dans un premier temps, ils ont choisi d’approfondir leur collaboration sur des thèmes comme la résistance aux antibiotiques, les résidus dans les aliments et l’évaluation des encres d’emballage.

 

Accords sur la conservation des espèces

CITES – animaux et plantes sauvages

La CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), également connue sous le nom de Convention de Washington, est un accord commercial entre 180 États.

Les nombreux échanges internationaux menacent ou pourraient menacer une myriade d’espèces animales et végétales. Il convient donc d’en limiter le commerce de manière à éviter toute surexploitation.

En sa qualité d’autorité d’exécution de la CITES, l’OSAV apporte une contribution essentielle à la protection et à la préservation des espèces animales et végétales et de leurs habitats. La loi fédérale sur la circulation des espèces de faune et de flore protégées (LCITES) sert de base d’exécution (voir la législation sur la conservation des espèces)

Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine (CBI)

La Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine (CBI)
réglemente la chasse à la baleine à l’échelle mondiale. Il faut non seulement que les baleines bénéficient d’une protection suffisante mais aussi que la chasse à la baleine soit possible et réglementée. La CBI compte à ce jour 88 États membres.

Bruno Mainini de l’OSAV a été nommé à la présidence de la Commission baleinière internationale (5020203 IWC DE) pour une durée de deux ans.

Dernière modification 28.04.2017

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/das-blv/kooperationen/internationale-abkommen.html