Conservation des espèces – un Suisse présidera le comité des animaux de la CITES

Berne, 05.10.2016 - Mathias Lörtscher présidera, ces trois prochaines années, le comité des animaux de la CITES. Cette convention internationale protège les animaux et les plantes d’une surexploitation par le commerce. Âgé de 54 ans, Monsieur Lörtscher dirige le secteur Conservation des espèces et importations des pays tiers à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

Assurer une exploitation durable et la préservation partout dans le monde des espèces animales et végétales menacées, tel est l’objectif de la CITES, Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora (convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction). Cette année, la conférence réunissant les 183 Etats membres s’est tenue du 24 septembre au 4 octobre à Johannesburg. Des élections étaient aussi à l’ordre du jour: la présidence du comité des animaux, un des deux comités techniques avec celui des plantes, était à repourvoir. Le chef de la délégation suisse, Mathias Lörtscher, a été élu président de ce comité pour la prochaine période administrative, qui s’achèvera en 2019. Ursula Moser, une autre collaboratrice du secteur Conservation des espèces et importations des pays tiers de l’OSAV, a été élue suppléante du comité des plantes pour la région Europe.

Dans ces comités siègent des spécialistes de ces domaines. Leur tâche consiste à apporter leur savoir aux conférences. Mathias Lörtscher souhaite que tous les États membres, notamment les pays exportateurs d’animaux et de produits animaux, puissent participer à la mise en œuvre des décisions prises lors des conférences. « Ces décisions doivent se fonder aussi sur des connaissances scientifiques. »

Meilleure traçabilité des cuirs de reptiles

A Johannesburg, les Parties à la CITES sont convenues d’augmenter les contrôles du commerce de serpents et de cuirs de serpents. Cela améliorera la traçabilité des produits d’origine animale, assurera la durabilité de la chasse et exigera un contrôle des élevages. Le comité des animaux, qui s’occupe en principe des questions de traçabilité, entend développer ces trois prochaines années un nouveau processus de contrôle qui sera plus rapide.

Les échanges commerciaux internationaux d’ivoire sont interdits depuis 1989. Une interdiction de commerce analogue existe désormais à l’échelon national; elle est applicable aux marchés proposant de l’ivoire d’origine douteuse. La conférence a également adopté des mesures et des plans d’action visant à renforcer la protection des éléphants, à combattre le braconnage, le commerce illégal ainsi que la corruption et la demande liées à cette activité dans les pays importateurs.

Des décisions importantes ont aussi été prises en faveur d’une protection accrue de nombreuses autres espèces de plantes et d’animaux, comme par exemple les bois de rose, le bois Bubinga, le bois d’aigle, les cactées, les pangolins, le lion, divers reptiles, amphibiens et perroquets gris. De plus, les animaux marins font l’objet d’une attention accrue. Plusieurs espèces de requins, de raies et des nautiles ont été inscrites dans les annexes de la CITES.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV); Service médias; Tél. 058 463 78 98; media@blv.admin.ch



Auteur

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires
http://www.blv.admin.ch

Dernière modification 25.08.2016

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/dokumentation/nsb-news-list.msg-id-64036.html