Résistances aux antibiotiques

Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont de plus en plus fréquentes à l’échelle mondiale. Pour remédier à cette situation, il faudrait utiliser les antibiotiques seulement lorsqu’ils sont absolument indispensables du point de vue médical.

Warnschild Antibiotikaresistenz

Bactéries utiles et bactéries nocives

Les bactéries sont des êtres vivants minuscules et monocellulaires. Elles sont présentes partout et peuvent se transmettre entre les hommes, les animaux et l’environnement. Elles peuvent être inoffensives ou même utiles (pour la production de yogourts ou la digestion, par ex.) mais certaines d’entre elles provoquent des maladies.

Les antibiotiques perdent de leur effet à cause des résistances

Pour traiter les maladies bactériennes, on utilise des antibiotiques aussi bien chez l’homme que chez l’animal. Les antibiotiques empêchent les bactéries de se multiplier ou les tuent. Ils sont cependant inefficaces contre les virus (qui provoquent la grippe, par ex.).

Les antibiotiques sont des médicaments à utiliser avec circonspection. Utilisés au hasard ou à tort, ils peuvent perdre de leur efficacité à cause des résistances. Cela a pour conséquence qu’il n’est plus possible de traiter des maladies infectieuses courantes, qui peuvent alors avoir une issue fatale.

Les bactéries deviennent résistantes

Un traitement antibiotique échoue quand les bactéries à l’origine de la maladie ont développé des résistances contre le médicament administré. Le développement de résistances est un processus naturel qui se produit quand le patrimoine génétique des bactéries se modifie ou que les bactéries s’échangent du matériel génétique. Elles acquièrent ainsi de nouvelles propriétés qui les protègent contre les antibiotiques – elles deviennent résistantes.

Multirésistance : la plupart des antibiotiques sont inefficaces

Il existe des bactéries qui ne sont pas seulement résistantes à un antibiotique, mais à plusieurs, voire à tous les antibiotiques. On les appelle «bactéries multirésistantes». La plupart du temps, elles ne sont pas plus agressives et ne provoquent davantage d’infections que les bactéries non résistantes. Elles sont pourtant plus dangereuses car, en cas d’infection, un grand nombre d’antibiotiques n’a plus d’effet.

L’utilisation d’antibiotiques favorise les résistances. Par rapport aux bactéries sans résistances, les bactéries résistantes peuvent souvent davantage se multiplier.

Les bactéries ignorent les frontières

Les bactéries peuvent se transmettre entre les hommes, les animaux et l’environnement. Les résistances peuvent ainsi se propager. Les bactéries résistantes nous concernent tous, peu importe que l’individu (homme ou animal) ait déjà suivi un traitement antibiotique ou non.

Les résistances sont surveillées

L’OSAV surveille la propagation des bactéries résistantes depuis 2006. Chez les animaux de rente en bonne santé, les agents zoonotiques et les bactéries indicatrices sont analysés à la recherche de résistances. L’OSAV établit, tous les deux ans, un rapport conjoint avec l’Office fédéral de la santé publique OFSP (Swiss Antibiotic Resistance Report – ARCH-Vet anresis.ch). Ce document contient des données sur les résistances, les quantités d’antibiotiques utilisées en médecine humaine et des données sur les ventes d’antibiotiques en médecine vétérinaire.

Sur la base des résultats du projet pilote (voir « Informations complémentaires »), un monitoring national des résistances des agents pathogènes pour les animaux sera lancé en 2019. L’objectif est de surveiller et de documenter la situation des résistances des agents infectieux bactériens importants en médecine vétérinaire. Les résultats de la surveillance servent de base pour l’élaboration de directives et de recommandations de traitement et ils contribuent à les tenir à jour.  

Informations complémentaires

Dernière modification 09.11.2018

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/tierarzneimittel/antibiotika/antibiotikaresistenzen.html