Du fourrage grossier pour lutter contre les ulcères gastriques et les troubles du comportement

Lutter contre les ulcères gastriques et les troubles du comportement chez les porcs à l’engrais avec du fourrage grossier ‒ un projet de recherche cofinancé par l’OSAV contribue fortement à améliorer le bien-être des porcs à l’engrais.

Porc avec fourrage grossier

Les porcs à l’engrais souffrent souvent d’ulcères de l’estomac. En outre, ils ont tendance à grignoter, voire à ronger, les queues de leurs congénères. Par ailleurs, les porcs non castrés sont un peu plus actifs et agressifs que les porcs castrés, ce qui présente un défi supplémentaire. C’est pourquoi la détention en groupe de verrats, qui pourrait être une solution de remplacement à la castration des porcelets mâles, est compliquée.

Comment réduire l’apparition d’ulcères de l’estomac et de troubles du comportement ?

Les aliments traditionnels pour porcs ont une structure fine et homogène, ce qui est certes optimal du point de vue de l’indice de consommation, mais ne permet pas une consommation d’aliment adaptée à l’espèce et peut causer des ulcères de l’estomac. La distribution de fourrage grossier en plus de ces aliments pourrait permettre de réduire l’apparition d’ulcères de l’estomac et de comportements indésirables.

Dans le cadre de son travail de doctorat à l’EPF de Zurich, Mirjam Holinger, collaboratrice de l’Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), a étudié les effets d’un apport journalier de fourrage grossier sous la forme d’ensilage d’herbe sur le comportement et la santé de porcs à l’engrais castrés ou non castrés.

Lutter contre les ulcères gastriques et les troubles du comportement chez les porcs à l’engrais avec du fourrage grossier (vidéo de l’interview de Mirjam Holinger)

Plus de plaisir à manger

Les expériences montrent que les porcs qui ont accès en permanence à du fourrage grossier passent nettement plus de temps à manger que ceux qui ne sont nourris qu’avec des aliments concentrés finement moulus. La mise à disposition de fourrage grossier a permis de réduire le nombre d’ulcères de l’estomac et d’améliorer la santé des porcs. De plus, le cannibalisme a diminué : ce comportement, qui est à l’origine de blessures de la queue, constitue un gros problème dans la détention traditionnelle de porcs.

On a également observé l’effet bénéfique du fourrage grossier – réduction du nombre d’ulcères de l’estomac – dans le cadre d’un essai mené dans six exploitations biologiques d’engraissement de porcs.

L’expérience a en outre montré que la détention en groupe de verrats non castrés ayant accès à du fourrage grossier n’avait pas d’incidences négatives sur le bien-être des animaux, même si ces derniers semblent un peu plus stressés que les porcs castrés.

Porcs avec fourrage grossier
Les porcs qui ont accès à du fourrage grossier ont moins d’ulcères de l’estomac. La possibilité de s’occuper avec du fourrage réduit les comportements indésirables au sein du groupe. (Photos : Marion Nitsch, aide-mémoire FiBL n° 1125)

Connaissances importantes pour la pratique

Le projet de recherche fournit des recommandations pratiques pour une alimentation conforme aux besoins des porcs à l’engrais, sous la forme de l’aide mémoire FiBL n° 1125 (en allemand).

Ce travail a été récompensé par le prix de la recherche de la Société internationale pour la garde des animaux de ferme (IGN).

Dernière modification 09.12.2021

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/tiere/forschungsprojekte-tiere/raufutter-gegen-magengeschwuere-und-verhaltensstoerungen.html