Glyphosate

Le glyphosate est une des substances actives les plus utilisées dans les produits phytosanitaires.

Actuel

Résidus de glyphosate dans les denrées alimentaires: pas de risque pour les consommateurs

Le Conseil fédéral a adopté, lors de sa séance du 9 mai 2018, le rapport sur les effets du glyphosate en Suisse. Ce rapport est une réponse au postulat de la commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national. Les résultats de l’étude menée à ce sujet par l’OSAV se recoupent avec ceux des évaluations des risques réalisés par des organisations internationales: les résidus de glyphosate dans les denrées alimentaires analysées ne présentent pas de risque de cancer. En conséquence, aucune mesure ne s’impose sous l’angle sanitaire.  

(09.05.2018) 

Glyphosat

Avant de pouvoir être commercialisés et utilisés, les produits phytosanitaires sont soumis à une procédure d’autorisation longue et complexe. Dans ce cadre, l’OSAV est responsable de l’évaluation du risque et de la détermination des concentrations maximales de résidus dans les denrées alimentaires. L’autorisation et respectivement l’interdiction des produits phytosanitaires relève de la compétence de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG).

Quantité négligeable de glyphosate dans les
denrées alimentaires

En réponse au postulat de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil National, les laboratoires de l’OSAV ont initié en 2016 un monitorage des denrées alimentaires afin de déterminer l’exposition de la population à cet herbicide. Plus de 230 échantillons de denrées alimentaires, réparties dans 19 catégories (p.ex. miel, vin, pain, pommes de terre et légumes, aliments pour nourrissons etc.) ont été analysées.

Les résultats montrent qu’environ 40% des denrées alimentaires présentent des traces de glyphosate faibles mais quantifiables. Les teneurs du glyphosate ainsi que celles de son métabolite, l’acide aminométhylphosponique (AMPA), sont toutes inférieures aux limites fixées dans la réglementation. Même si ces valeurs sont basses, les pâtes alimentaires, suivies par les céréales pour petit-déjeuner et les légumineuses restent les principales sources d’exposition. 

Tableau : valeurs mesurées de glyphosate dans différents groupes de denrées alimentaires

Le monitorage des données mesurées confirme que les résidus de glyphosate dans les denrées alimentaires sont faibles et ne représentent donc pas de risque sanitaire. Les résultats de ce monitorage ont été publiés dans un journal scientifique international (peer-reviewed): voir "Informations complémentaires".

Sans risque pour la santé humaine

À partir des premiers résultats, il est possible de faire le calcul suivant : une personne adulte devrait consommer par jour 71 kg de pâtes de l’échantillon le plus contaminé (421 µg/kg) pour atteindre la dose journalière maximale acceptable (30 milligrammes pour une personne adulte), c'est-à-dire la dose que l’on peut absorber quotidiennement durant toute une vie sans éprouver de conséquences sanitaires.

Les suisses consomment en moyenne 10 kg de pâtes par an, c'est-à-dire bien moins que ce qui pourrait être consommé en une journée. La consommation des denrées alimentaires les plus contaminées, comme les pâtes, et par conséquent celle des denrées les moins contaminées est donc considérée comme sans risque pour la santé humaine.

Informations complémentaires

Dernière modification 15.08.2018

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/lebensmittel-und-ernaehrung/lebensmittelsicherheit/stoffe-im-fokus/glyphosat.html