Déodorants avec aluminium

Depuis de nombreuses années, les déodorants contenant de l’aluminium font l’objet de controverses sur leur rôle possible de déclencheur du cancer du sein ou de la maladie d’Alzheimer. Aucun lien de cause à effet n’a cependant pu être établi à ce jour. 

Une femme met du déodorant

L’aluminium est un élément chimique extrêmement répandu dans la nature. Il est utilisé dans l’industrie, dans divers objets usuels ainsi que dans certains produits cosmétiques et aliments.

L’aluminium est utilisé dans les antitranspirants (ou antiperspirants) sous forme d’hydroxychlorure d’aluminium, de chlorure d’aluminium et de complexes d’aluminium et de zirconium grâce à son effet antitranspirant local. Les sels d’aluminium réagissent avec la peau, obstruent les pores des glandes sudoripares et empêchent ainsi la sueur d’atteindre la surface de la peau. Ils ont également une action antibactérienne.

Cadre légal en Suisse

Parmi les composés d’aluminium utilisés dans les déodorants (antitranspirants), seule l’utilisation des chlorhydrates d’aluminium et de zirconium (AlxZr(OH)yClznH2O) est réglementée. Conformément à l’ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels (art. 54, al. 2, ODAIOUs, faisant référence à l’annexe III du règlement européen n°1223/2009), la concentration maximale autorisée pour ces substances est de 20 %. Ils sont interdits dans les sprays et ne doivent pas être appliqués sur une peau irritée ou blessée. Les autres composés d’aluminium peuvent être utilisés dans les produits cosmétiques pour autant que leur utilisation ne mette pas la santé en danger (art. 15 de la loi sur les denrées alimentaires [LDAI]).

Risques pour la santé

L’aluminium présent dans les déodorants, les dentifrices ainsi que dans les produits pour les lèvres a été réévalué par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs de la Commission européenne (Scientific Committee on Consumer Safety, SCCS) en 2014. Selon cette évaluation, rien n’indique que l’utilisation de produits cosmétiques et de produits de soin de la peau contenant de l’aluminium augmenterait le risque de cancer du sein ou d’autres maladies comme Alzheimer. Cependant, le comité fait remarquer que les données disponibles sont insuffisantes pour fixer avec certitude des limites sûres de concentration. L’OSAV suit attentivement l’avancée des investigations sur des restrictions d’utilisation possibles de l’aluminium dans les cosmétiques et examine en accord avec l’UE les mesures éventuelles.

Recommandations de l’OSAV

L’OSAV recommande de ne pas utiliser de déodorants contenant de l’aluminium sur une peau irritée ou blessée, comme p. ex. après le rasage.

Si l’on souhaite réduire l’absorption d’aluminium, on peut toujours utiliser des déodorants sans aluminium.

Informations complémentaires

Dernière modification 19.07.2018

Début de la page

https://www.blv.admin.ch/content/blv/fr/home/gebrauchsgegenstaende/kosmetika-schmuck/kosmetika/deodorants.html