Recherche plein texte

 

Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Animaux génétiquement modifiés

Depuis les années nonante, la recherche utilise de plus en plus les animaux génétiquement modifiés – des souris principalement, mais aussi des poissons zèbres par exemple. La méthode permet d’effectuer des expériences très précises – un avantage pour la protection des animaux. Mais les modifications génétiques peuvent aussi infliger des contraintes aux animaux. C’est pourquoi la production et l’utilisation d’animaux génétiquement modifiés est réglementé en détail.

La production d'un animal génétiquement modifié est considéré comme une expérimentation animale et doit donc être autorisée - à l'exception de certaines manipulations bien testées, reconnues par l'OSAV. Les embryons génétiquement modifiés sont portés par des mères „normales". Les fausses couches et autres problèmes doivent être documentés par les chercheurs et annoncés à l'office vétérinaire cantonal.

Grâce à la caractérisation génétique, les chercheurs testent ensuite si la modification génétique correspond bien aux attentes. Ce processus est lui aussi strictement réglementé pour éviter des contraintes inutiles à l'animal.

Les nouveaux animaux génétiquement modifiés ou les lignées qui semblent présenter des caractéristiques invalidantes subissent une observation détaillée, la caractérisation phénotypique. Les chercheurs font des tests de comportements, examinent l'anatomie des animaux, recherchent d'éventuelles pathologies ou des problèmes de reproduction. Les contraintes doivent être signalées à l'office vétérinaire cantonal qui décide avec la commission cantonale pour l'expérimentation animale si la lignée peut être utilisée et sous quelles conditions. La dignité de l'animal est aussi prise en considération.


Contact spécialisé: info@blv.admin.ch

Fin secteur de contenu



http://www.blv.admin.ch/themen/tierschutz/00777/03582/index.html?lang=fr